Les douze voix solistes

©Philippe Stirnweiss

©Philippe Stirnweiss

Raquel Camarinha, soprano


Après des études complètes de chant au Portugal et au CNSM de Paris, Raquel Camarinha se produit en soliste sur les plus grandes scènes françaises (Théâtre du Châtelet, Philharmonie de Paris, Chorégies d’Orange,…) et européennes (Lisbonne, Madrid, Milan, Genève, Rotterdam,…). Lauréate de prestigieux concours internationaux, elle est saluée par la critique pour son “intelligence musicale”, son “instinct théâtral” et son timbre “fruité et lumineux” aux “aigus caressants”.

 

Éléonore Lemaire, soprano


Après une formation au Conservatoire de Paris, Eléonore Lemaire crée notamment les rôles de Mme C (La villa des morts – variations sur le repli d’Aurélien Dumont) et Mme Smith (La Cantatrice Chauve de Jean-Philippe Calvin, Théâtre de l’Athénée). Elle s’est par ailleurs produite dans des opéras comme Kopernikus de Claude Vivier à l’Opéra d’Amsterdam, Carmen de Bizet ou encore Zémire et Azor de Grétry à l’Opéra-Comique. Elle sera l’interprète unique d’ID d’Arnaud Petit et Alain Fleisher (2015-16) et soprano solo dans Homo Instrumentalis (création à la Ruhrtriennale 2017).

 

Johanne Cassar, mezzo


Diplômée en chant lyrique et musique ancienne de la Guildhall School of Music and Drama de Londres ainsi que du CNSMD de Paris, la soprano Johanne Cassar est lauréate du concours Muses 2003 (Opéra de Nice), et du Guildhall Trust 2007 et 2008. Ses rôles incluent Pamina et la Deuxième dame (La Flûte enchantée, Mozart), Hyacinthe (Apollo und Hyacinthus, Mozart) Didon (Didon et Enée, Purcell), Micaëla (Carmen, Bizet), Maria (West Side Story, Bernstein, pour Grange Park Opera). Son récital Méditerranée, Terre de voix a été programmé à l’Opéra de Lille et dans divers festivals en France, en Belgique et au Maroc. En 2016 elle se produira au Théâtre des Champs Elysées pour des extraits de Guru et Marie de Laurent Petitgirard (soprano solo pour les solistes Allegri).

 

Lorraine Tisserant, mezzo


Remarquée pour son timbre rond et lumineux, la mezzo-soprano Lorraine Tisserant se forme au CNSMD de Lyon. Elle y interprète en 2016 le rôle-titre de l’Enfant et les Sortilèges, ou encore le Pierrot lunaire. Son attrait pour le mélange des genres l’amène naturellement à travailler dans des répertoires et formations variées et éclectiques. Ainsi, elle est soliste en 2011 au Théâtre des Champs-Elysées dans un arrangement pour guitare électrique, violoncelle, synthétiseur et chanteuse du Carnaval des Animaux, spectacle jeune public mis en scène par Gilles et Corinne Benizio (alias Shirley et Dino). Sur scène, elle interprète Galatea (Händel), Dorabella, Lazuli (L’Etoile), Oreste et Parthoenis (La Belle Hélène), Mélisande et prépare actuellement les rôles d’Octavian (Strauss).

 

Charlotte Schumann, alto


Mezzo-soprano franco-allemande, Charlotte Schumann a étudié au CNSM de Paris auprès de Chantal Mathias. Elle a débuté par le rôle d’Hänsel, dans l’opéra Hänsel und Gretel d’Humperdinck au Festival de l’Ile d’Yeu, puis a interprété les rôles de la Grisette dans Reigen de Philippe Boesmans, coproduit par la Cité de la musique, de l’Enfant dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel à la Philarmonie II ainsi que sur des scènes nationales. Elle est attachée au répertoire germanique, ainsi qu’aux musiques modernes et contemporaines. Elle participe à des créations, telles que Metamorphosis de Graciane Finzi au Musée national d’Ecouen, et a récemment été invitée à travailler le Pierrot Lunaire avec Salomé Haller à la Villa Musica. En été 2015, elle a tenu la partie de mezzo soliste du Roi David d’Honegger avec l’Ensemble instrumental de Dordogne.

Aurélie Bouglé, alto


Animée par une pratique musicale variée (piano, clavecin, musicologie), Aurélie se perfectionne actuellement au Pôle Supérieur de Paris-Boulogne-Billancourt en chant musique ancienne et prépare son DEM de chant lyrique au CRR de Paris. Elle fait partie de l’Atelier du Sensible, ensemble de musique ancienne avec lequel elle conçoit et interprète, entre autres, des répertoires oubliés. Elle est membre de l’ensemble vocal Les Métaboles et a notamment participé en tant que soliste au sein d’Iphigénie(s) et Rekviem3, pièces mêlant théâtre et extraits d’œuvres de Gluck et de Verdi, créées avec l’Université Paris 8.

 

Benjamin Aguirre Zubiri, ténor


Après des études de saxophone (classe de Jean Yves Fourmeau), de direction de chœur et une Licence de musicologie à La Sorbonne, Benjamin Aguirre Zubiri se forme au chant dans les classes de Sophie Hervé (Paris 18ème) et Pierre Vanhoenackere (CRD de Tourcoing) où il obtient un premier prix. Il chante depuis 2007 au sein du choeur de l’opéra de Lille, ainsi qu’aux Cris de Paris, à l’Atelier Lyrique de Tourcoing, dans les choeurs de l’opéra de Dijon et Limoges ainsi qu’au sein de l’ensemble vocal Les Métaboles (direction Léo Warynski). Il a été tour à tour le Prince dans les Brigands, les rôles de ténor dans l’Enfant et les Sortilèges, soliste dans la Missa Criolla ou encore La petite messe solennelle et s’est produit au gala de jeunes talents à la Villa Médicis.

 

David Tricou, ténor


Très tôt attiré par le chant, David Tricou débute sa formation avec Marie-Pierre Desjoyaux pour la terminer au CNSMDP avec Yves Sotin. Depuis 2008, il a travaillé avec de grands chefs tels que William Christie, Jean-Claude Malgoire, Vincent Dumestre, Hervé Niquet et s’est produit en tant que soliste dans de nombreuses productions telles que Castor et Pollux (Castor) de Rameau, Die Zauberflöte (Tamino) de Mozart, Egisto (Apollo) de Cavalli à l’Opéra Comique, dans la comédie musicale Les misérables (Marius) de C-M Schönberg au Zénith de Montpellier, mais aussi dans le répertoire contemporain avec notamment la création les contes de la lune vague après la pluie de Xavier Dayer à l’opéra Comique.

René Ramos Premier, baryton


Originaire de Santiago de Cuba, il commence des études de piano à l’âge de 8 ans, puis se forme à la direction de chœur et à la musicologie au sein du Conservatoire Régional de Musique Esteban Salas. Il poursuit sa formation musicale comme chanteur lyrique à l’Institut Supérieur des Arts à la Havane, et déménage à Paris en 2013, où il intègre rapidement Les Métaboles, ensemble dirigé par Léo Warynski, et entre dans la classe de chant de Mary Saint-Palais au conservatoire de Vincennes. Depuis décembre 2014 Il est membre du chœur surnuméraire de l’Opéra National de Paris et soliste dans plusieurs ensembles de la capitale.

 

Julien Clément, baryton


Sur scène il interprète Moralès dans Carmen de Bizet, Papageno dans La Flûte enchantée de Mozart, le Baron de Gondremark et Bobinet dans La Vie Parisienne d’Offenbach. Il se produit au sein d’ensembles comme le Concert Spirituel ou les Cris de Paris. En 2016, il est Schliemann dans l’opéra Iliade l’amour de Betsy Jolas, création du CNSM de Paris mise en scène par Antoine Gindt sous la direction musicale de David Reiland ; il sera également les 4 diables des Contes d’Hoffmann sous la direction D’Alexandra Cravero. 

 

Antoin Herrera-López Kessel, basse


Né à La Havane, à Cuba, Antoin Herrera-López Kessel est diplômé de l’École Nationale d’Art en Danse Contemporaine. Après avoir travaillé comme danseur-chanteur à Cuba, où il commence des études de chant et de musique, il poursuit ses études en France à partir de 2012 au CRR de Besançon, et depuis la rentrée 2014 au CNSM de Lyon. Il interprète le rôle de Dulcamara dans L’Elisir d’amore de Donizetti, le Docteur Malatesta dans Don Pasquale, et il est Figaro dans Le nozze di Figaro avec l’Opéra Studio de Barcelone et de Gijón. Pendant l’été 2016 il sera en résidence dans le cadre des Académies du Festival d’Aix en Provence (Résidence Mozart).

 

Florent Baffi, basse


Florent Baffi est attaché à la création contemporaine et s’y consacre régulièrement, notamment avec l’ensemble Musicatreize et l’ensemble Sequenza 9-3. Mais c’est surtout avec l’ensemble Le Balcon qu’il monte sur les planches. En 2014, il est l’Évêque dans Le Balcon de Peter Eötvös au Théâtre de l’Athénée. En 2015, il retrouve la scène de l’Athénée pour La Métamorphose de Michael Lévinas ainsi que l’Opéra de Lille pour le rôle de Raùl dans Avenida de Los Incas 3518, un opéra du compositeur argentin Fernando Fiszbein.

2 commentaires pour Les douze voix solistes

  1. Ping : Séance #6 : Répétitions au Théâtre de Gennevilliers (suite) | T&M-Paris présente Giordano Bruno

  2. Ping : Giordano Bruno, ou le droit de penser différemment | lunettesrouges1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s